Réponse de M. le Président Claude Capillon à M. le Député Francois Rochebloine

Publié le par Claude Capillon

Immédiatement après la décision de M. le Député Francois Rochebloine de proposer une loi visant à interdire les machines à voter, M. le Président de l'A.V.V.E. Claude Capillon réagit en manifestant son désaccord quant à cette demarche et propose un rendez-vous dans un courrier que voici : 

Monsieur le député,

Au détour d’une revue de presse, j’ai découvert que vous étiez l’auteur d’une proposition de loi visant à supprimer les machines à voter.
Cette démarche heurte profondément le Président de l’AVVE nouvellement créée que je suis.
Depuis 2007, un moratoire gouvernemental fige la situation permettant aux villes utilisatrices de continuer à s’équiper mais interdisant aux autres, même intéressées d’accéder à ce service.

Cette situation est inacceptable et nous partageons avec vous la volonté de défendre une évolution du cadre législatif même si la finalité en est tout autre.

Après plus de 10 années d’utilisation, les villes membres de l’AVVE se sont toutes déclarées en faveur de cette technologie qui garantit la sincérité du scrutin et élimine les votes nuls.
Mais cette technologie coûte un prix certain.
Dans le contexte de contraction budgétaire actuel, supprimer les MAV reviendrait pour les communes à gaspiller l’argent public.
Cette hypothèse est bien évidement inenvisageable, vous en conviendrez aisément.

J’aimerais pouvoir vous rencontrer afin de vous présenter l’association et échanger avec vous sur le sujet.
Je vous prie d’agréer, Monsieur le Député, l’expression de ma considération la plus distinguée.

Le président de l’AVVE

Claude Capillon

 

Vous pouvez également trouver une version PDF de ce courrier en cliquant sur l'icone prévue à cet effet ci-dessous. 

Réponse de M. le Président Claude Capillon à M. le Député Francois Rochebloine